[Avis] Chronique d’une mort annoncée, Gabriel García Márquez

cronica-de-una-muerte-anunciada-bolsillo-libro-image-big-pngTitre : Chronique d’une mort annoncée (en VO, Crónica de una muerte anunciada).
Auteur : Gabriel García Márquez
Date de parution : 1981
Editions Debolsillo, 135 pages.

On me pardonnera pour l’absence d’accents mais le clavier français ne permet pas de les faire dans le bon sens…

Résumé : tout le monde sait que Santiago Nasar va être assassiné. A part lui-même et sa mère, tous les villageois sont au courant. Mais alors pourquoi personne ne cherche à empêcher les assassins d’arriver à leur but ? Le narrateur, des années plus tard, revient sur les faits pour reconstituer le déroulement exact de cette tragédie.

Mon premier roman en espagnol ! Je dois dire que je suis assez contente de moi, mine de rien ce n’était pas facile. Certes, c’est presque une nouvelle tellement c’est court. Mais quand même. Ca donne un certain sentiment de satisfaction.

Racontée par un narrateur dont on sait peu de chose si ce n’est qu’il était l’ami de Santiago Nasar, l’histoire du crime est passée en revue à la façon d’une enquête journalistique, avec de nombreux témoignages recueillis “vingt ans plus tard”, des références à la trace écrite du procès, etc. Le roman est loin d’être bourré de suspense puisqu’on apprend dès le début ce qu’il s’est passé.

L’intérêt réside plutôt dans la façon qu’a eu le village entier à réagir à cet évènement, quand il aurait encore pu sauver le jeune homme mais que la plupart des habitants ont préféré attendre, d’abord prévenir le voisin, puis se convaincre que ce n’était que paroles en l’air…. jusqu’à ce que seul l’intéressé ne soit pas au courant de l’approche de sa propre fin.

J’ai bien plus apprécié la deuxième partie du roman, mais je crois que c’est parce qu’au début, il me manquait vraiment beaucoup d’éléments que je ne comprenaient pas faute de vocabulaire (et de flemme de chercher beaucoup de mots dans le dico). Sur la fin, l’espagnol ne me gênait plus tant et j’ai pu mieux apprécier l’ambiance qui règne dans le petit village alors qu’on attend stupidement de voir si oui ou non les rumeurs sont fondées avant d’agir.

J’ai beaucoup apprécié les différents points de vue des villageois, entre scepticisme, intérêt morbide, indifférence et inquiétude.

Au final, j’ai un peu de mal à émettre un avis général parce que la langue m’a quand même pas mal empêché de saisir certains détails, mais j’ai tout de même apprécié ma lecture, bien que très courte et éprouvante (un bon mal de tête à force de torturer mon cerveau sur des subjonctifs et des concordances de temps… oui, j’ai quand même essayé de transformer quelques chapitres en exercices d’espagnol).

3 pts