[Avis] La Reine étranglée, Maurice Druon

la reine étrangléeTitre : La Reine étranglée (Les Rois Maudits, tome 2)
Auteur : Maurice Druon
Date de publication : 1973
Éditions Le Livre de Poche, 256 pages.

Second tome de la fameuse série historique de Maurice Druon, Les Rois Maudits. Précédé de Le Roi de fer, suivi des Poisons de la couronne.

Résumé : Après la mort du grand Philippe Le Bel, le pouvoir doit se réorganiser autour d’un successeur loin d’être de taille pour diriger le pays. Dans l’ombre, intrigues et complots se tissent pour arranger l’élection d’un pape et l’annulation d’un mariage, tandis que de son côté, le peuple meure de faim.

Jamais je n’ai vu homme au monde ramper avec une telle hauteur.

Une courte lecture dévorée en seulement deux jours, si j’ai eu l’impression que ce tome n’était pas aussi plein d’intrigue que le premier, j’ai tout de même passé un bon moment, retrouvant avec plaisir le XIVème siècle dépeint par Maurice Druon.

On assiste, il me semble, à une sorte de transition, puisqu’il faut introduire le nouveau roi et installer la situation qui devrait donner lieu à une suite peut-être plus mouvementée dans Les Poisons de la couronne. En tout cas, cette série historique me plait de part le soucis d’exactitude qu’avait l’auteur en l’écrivant. Ça fait plaisir de savoir que l’intrigue n’est que peu romancée, et d’assister à un cours d’histoire aussi plaisant.

Dans la Reine étranglée, nous faisons donc la connaissance de Louis X dit le Hutin, fils aîné de Philippe le Bel et donc roi de France. On se rend également bien vite compte que ce personnage ne semble pas taillé pour sa fonction, sa principale préoccupation étant l’organisation de son second mariage, alors même que sa femme n’est pas morte mais en prison à la suite des évènements du Roi de Fer. Faible de caractère et coléreux, il n’hésite pas à changer d’avis selon son envie du moment, signant tout et n’importe quoi pour accélérer les procédures qui l’arrangent, et défaisant tout le travail de son père. J’ai trouvé les longs passages consacrés au roi exaspérants (de par l’attitude de Louis X), et c’est ce qui m’a un peu ennuyé pendant ma lecture car suivre un personnage irritant et stupide n’est pas forcément ce qu’il y a de plus intéressant.

En parallèle bien entendu, les autres membres puissants qui gravitent autour du roi cherchent à diriger à sa place en prenant avantage de sa détermination vacillante. Nous assistons ainsi à une bataille à mort entre Enguerrand de Marigny, proche de Philippe le Bel, et Monseigneur de Valois, oncle de Louis X, qui se joue tout en lettres secrètes et commis envoyés de-ci, de-là pour contrer les plans de l’ennemi. Comme dans le premier livre, j’ai beaucoup aimé me prendre au jeu et suivre de près les deux stratégies, tout en essayant de déterminer qui je voulais voir gagner.

Le troisième fil de l’histoire, et celui que j’ai préféré, est celui qui concerne la famille des banquiers Tolomei, avec l’oncle et le neveu Guccio. Ce jeune personnage est touchant de droiture et de sincérité, et j’ai hâte d’en lire plus sur lui, ainsi que sur la jeune fille dont il est amoureux, Marie. Quant à son oncle, bien que banquier, j’apprécie la relation qu’il entretient avec son neveu et j’ai aimé le voir avancer ses pièces de l’échiquier pour faire tourner la situation à son avantage, alors qu’il s’essaie également à diriger un peu.

En bref, la saga ne m’a pas encore déçue et j’ai hâte de me procurer le troisième tome pour en apprendre plus sur la lignée des Rois Maudits.

Celui qui a longtemps gouverné les hommes, s’efforçant d’agir pour le bien général, et qui sait les peines que cette tâche lui a coûtées, lorsqu’il s’aperçoit soudain qu’il n’a jamais été aimé ni compris, mais seulement subi, connaît une immense amertume, et se prend à s’interroger sur l’emploi qu’il a fait de sa vie.

3 pts